Quitter

Du 26 au 28 juin, l’INA, en partenariat avec le Forum des Images et Uni-VR, organise un Challenge VR : 48h pour créer une vidéo à 360° à partir d’une archive culte. En plaçant la vidéo d’archive au « centre », les participants devront imaginer le « hors-champ », ce qu’il se passe autour. De façon réaliste ou complètement loufoque, il n’y a pas de règles : il s’agit avant tout de sublimer et d’enchanter l’image originelle.

Quatre équipes de 5 personnes pourront se mesurer au défi et leurs créations seront mises en avant pendant le Paris Virtual Film Festival. Les inscriptions se clôturent le 31 mai à minuit alors inscrivez-vous au plus vite ici !

Pour vous prouver qu’il est parfaitement possible de réaliser un tel film en deux jours, Arnault Labaronne a réalisé un pilote autour de la célèbre archive du tank man de la place Tian’anmen. Il nous livre ses impressions et ses conseils.

Mais avant tout, regardez déjà sa création :

 

Bonjour Arnault, peux-tu nous parler de ton parcours et de ce qui t’a amené vers la création en réalité virtuelle ?

Je suis un autodidacte indépendant qui travaille dans le cinéma et la télévision depuis 20 ans. J’ai toujours été intéressé par les nouveaux médias et les nouvelles manières de raconter des histoires.

En 2007 j’ai réalisé God in My Pocket, le premier long-métrage grand public tourné avec un téléphone portable. C’est un thriller raconté avec des morceaux de « visioconférence ». Utiliser le portable comme caméra m’a conduit à faire évoluer le mode narratif du média.

C’est aussi pour cela que la réalité virtuelle m’intéresse. Le montage et le langage cinématographique ont découlé de la contrainte du cadre au cinéma et lui appartiennent. Aujourd’hui, la création en 360° doit être autre chose.

Comment as-tu perçu la contrainte de devoir travailler autour d’une image d’archive ? Le processus créatif a-t-il été complexe ?

J’ai eu une idée très rapidement, après avoir évacué une première envie d’aller véritablement place Tian’anmen et de retrouver l’endroit où l’archive a été filmée. Même s’il s’avérait que j’étais en Chine à ce moment-là, c’était un peu trop compliqué !

Je voulais vraiment apporter quelque chose de décalé face à un concept qui peut très vite nous amener vers beaucoup de complexité : on pourrait vouloir retrouver le lieu de tournage originel, imaginer une nouvelle scène derrière… Alors très vite j’ai eu envie d’imaginer que ce tank man – ce Chinois très courageux qui a bravé les militaires et son gouvernement – était piloté, comme dans un jeu vidéo. 

Surtout que les déplacements du tank man dans l’espace sont très latéraux, comme sur un jeu de plateforme. L’idée du jeu vidéo était là et, pour rendre le tout un peu plus moderne, j’ai pensé à donner au joueur un HTC Vive.

Tu as bien réalisé ce film en 48h ? Nous confirmes-tu que c’est faisable ?

Tout à fait. En moins de 48h même. Bien sûr, je ne maîtrise pas totalement en combien de temps j’ai eu l’idée mais disons qu’il m’a fallu environ deux ou trois heures pour trouver le concept, et à peu près autant pour chaque étape du projet : préparer le tournage, le tournage lui-même et le montage. 

A tout cela il faut ajouter des temps de retouche, ce qui nous donne un temps de réalisation d’entre 24 et 48h. Mais tout cela en simplifiant au maximum donc pendant l’évènement j’espère que l’on pourra faire des choses un peu plus complexe !

Quelles ont été les principales difficultés que tu as rencontrées ?

Le premier défi, c’est de travailler avec la définition de l’archive. Depuis 10, 20, 30 ans, les standards vidéo ont énormément évolué et la vidéo à 360° représente encore un bond en avant considérable car il faut 9 fenêtres en haute définition pour totalement couvrir l’espace autour de soi…

Visualiser une archive dans un casque en l’agrandissant trop pourrait être assez désagréable pour l’oeil. Il faut donc l’intégrer dans un environnement de façon astucieuse…

Quel matériel as-tu utilisé ?

J’ai utilisé ma caméra personnelle pour tourner, une KeyMission de chez Nikon (les participants au Challenge VR disposeront de caméra Samsung Gear 360, un matériel équivalent, ndlr), puis Adobe Premiere pour le montage et enfin un peu d’After Effects pour intégrer l’archive dans le téléviseur et faire quelque retouches.

Tu seras mentor pendant le Challenge VR et tu accompagneras les équipes dans leur processus créatif. Peut-être as-tu d’ores et déjà quelques conseils à transmettre aux participants après cette première expérience ?

Il faut, en 48h, rester simple et synthétique : trouver un concept et exprimer le coeur de ce concept. Je pense qu’il faut éviter de faire trop long, trop lourd en termes de mise en scène.

Mieux vaut viser le décalage et la surprise que la surcharge narrative et de mise en scène.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Go top